AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Forum de graphisme, codage et game design proposant des tutoriels, astuces, libres services et commandes dans les domaines de l'infographie amateur, de l'intégration web (HTML et CSS essentiellement) ainsi que dans la conception de RPG sur forum.


    Correction simple de type création d'un personnage (histoire)

    Partagez
    avatar
    lala zhang
    FémininAge : 26Messages : 343

    le Mar 18 Avr 2017 - 10:25

    Coucou j'ai encore besoin de vous pour la correction d'un personnages. C'est vraiment pas mon point fort.

    Type de texte à corriger : Création d'un personnage (Histoire et Moral)
    Adresse du forum : http://mastersxservants.forumactif.org/
    Souhaitez-vous des remarques sur le style ? : non
    Style de correction voulu : simple

    Textes à corriger :
    Le texte:


    Histoire :

    Code:
    Tu es un Johansson, ta famille n'est pas rien. La famille Johansson n'est pas qu'un simple nom de famille, surtout dans le pays où tu es né. Aux États-Unis, la famille Johansson est des barons de l'immobilier de la finance. Ton père est le PDG de l'entreprise, une entreprise qui se transmet de père en fils, malheureusement pour toi, tu es le troisième de la famille. Tu ne toucheras sans doute jamais le capital de l'entreprise.

    Comme je l'ai dit, tu es le troisième de la famille et tu es un peu un paria dans celle-ci. Ta mère n'est pas vraiment ta mère, c'est plus ta belle-mère. Ton père lui par contre, c'est vraiment ton père, mais il n'a pas eu qu'une simple et unique relation intime dans sa vie. Il a connu ta mère en Égypte et c'est là qu'il a eu des relations avec elle. Pour se travailler, il revenait souvent en Égypte et ta mère était toujours présente qu'en il revenait en Égypte. Dans un sens, il était très amoureux l'un de l'autre. Tu sais aussi que ton père mentait de temps à autre afin d'y retourner. Mais la relation prit un autre tournant.

    Ton père avait abandonné ta mère, car l'entreprise ne marchait pas bien. Mais il ne savait pas que celle-ci était enceinte de toi. Ta mère te donna naissance et tu grandis sans ton père pendant un moment. Tu étais entouré d'une famille aimante, ta mère, ta grand-mère et ton grand-père. Mais le malheur s'abattus sur les tiens. Ta mère mouru d'une infection alors que tu n'avais que deux ans. C'est à ce moment que ton père est revenu.

    Tu te souviens de son retour, il est revenu pendant la veillée funèbre de ta mère. Cela lui a provoquer un grand choc. Tu te souviens de l'avoir vu pleurer sur le corps de ta mère et de l'avoir embrassé. Toi, tu étais caché derrière les jambes de ta grand-mère. Tu te sentais protéger. Ce jour-là, tu sais qu'ils parlaient de toi. Tu te souviens que ton père t'a regardé avec des grands yeux comme si tu étais devenu un géant. Tu te souviens qu'il t'a pris dans ses bras et tu te souviens parfaitement de ses paroles. [b]« Nailah m'a fait le plus beau cadeau. »[/b] Tu te souviens qu'il t'a serré contre lui et qu'il t'a embrassé sur le front.

    Il est resté en Égypte pour faire tes papiers, il voulait à tous pris te ramener avec lui. Tu te souviens qu'il criait au téléphone de temps à autre contre une femme. Mais il lui disait toujours la même chose. [b]« C'est ma décision pas la tienne, tu vas devoir faire avec. Je n’abonnerais pas Tidus. »[/b] Tu étais content d'entre cela et as chaque fois, tu te blottissais contre lui et tu t'endormais.

    La première fois que tu as pris l'avion, tu avais peur, mais tu étais aussi émerveille. Tu disais que tu allais monter un grand oiseau de fer. Cela fit beaucoup rire ton père.

    Mais à ton arriver, c'était la douche froide. Ta belle-mère ne te regardait même pas et tes deux demi-frères étaient froids et distants. C'est arrivé dans ta nouvelle maison que les choses se compliquaient. Tes frères et ta belle-mère était contre toi. Ton seul rempart était ton père, mais il n'était pas la tous le temps. Tu te souviens des mots blessant qu'ils te disaient. [color=#cc3300]« Franchement ramené, ce truc à la maison, il a perdu la tête votre père. »[/color] Voilà ce que disait souvent ta mère. [color=#00cccc]« Oh, la fillette, elle a des cheveux longs ! Viens, on lui coupe les cheveux !»[/color] C'était comme cela tout le temps. Ta mère te disait des méchancetés et tes frères essayer de te couper les cheveux, sans y parvenir.

    Tu grandis avec la protection de ton père, mais tu devenus une honte pour lui. Tu ne voulais pas suivre ses traces. Tu voulais suivre ta voie, tu voulais être dans l'enseignement et non dans l'immobilier. Ton père te laissa comme-même faire, il disait que c'est ce qu'aurais voulu Nailah sa bien-aimé, mais tu sentais qu'il te reprochait de ne pas le suivre. Mais tu devais finir le lycée avant tout.

    Mais ton père était vieux jeu, il ne comprenait pas pourquoi tu ne ramènes aucune fille à la maison alors que tes frères eux en ramené et pas qu'un peu. Un jour, il te fit faire quelque chose d'affreux et d'horrible, enfin, tu le ressentais comme cela. Il te prit avec lui en prétextant qu'il voulait faire une journée père et fils. Mais ce n'était pas le cas. Il t'avait emmené dans un hôtel et t'avait payer des filles afin de te décoincer. Tu lui avais dit que tu ne voulais pas, tu avais protesté, tu lui avais créé dessus. Mais il t'avait calmé avec une bonne baffe et en te disant [b]« Ce n'est pas toi qui décides, il est tant que tu grandisses un peu. »[/b] Et ce soir-là, tu lui avais obéi, car tu te sentais redevable pour la vie qu'il t'avait donné. Mais après l'acte, tu avais vomi pendant des jours, tu étais dégoutté. Mais ce cauchemar ne fit que commençais.

    Après quelque année, tu étais rentré à l'université afin de devenir enseignant, mais tes notes n'étaient vraiment pas bonnes. Tu changeas de filière afin de devenir Conseiller principal d'éducation. Mais ton père avait des soucis avec l'entreprise et décida de faire un gros marcher avec un autre baron de l'immobilier.

    Celui-ci avait une fille de ton âge, une certaine Catherine. Elle était blonde et très jolie, son père à elle avait décidé de la marier à un riche hérité ou à quelqu'un qui posséderait un grand héritage. Ton père avait vu le filon et avait conclu un accord. Comme tes frères étaient déjà mariés avec des filles de riche, il ne restait plus que toi. Catherine tomba amoureuse de toi au premier regard, mais cela n'était vraiment pas partagé. Toi, elle te dégoûtait, mais tu ne voulais pas faire honte encore une fois à ton père. Donc tu décidas de lui obéir encore et de l'épouser après tes études. Et comme une parole est une parole, à la fin de tes études, tu l'épousas. Et ton père gagna encore un marché en plus.

    Ton mariage ne dura pas longtemps, à ton grand plaisir. Tu n'avais pas consomme le mariage et tu te refusais à le faire, c'est pour cela que Catherine, mais refusa de divorcer. Bien sûr, ton père le pris extrêmement mal et te déshérita et il te vira de la maison qui t'avait payé pour toi et ta femme, mais tu avais assez travaillé pour partir. De plus, tu avais fini tes études et tu avais déniché un contrat, loin de tous. Loin de ta famille, loin de l'entreprise familiale. Tu étais devenu normale.

    Tu avais décroché un poste en Angleterre dans une grande école, Liberum. Tu avais accepté ce contrat, car tu t'étais dit que certain aurait peut-être besoin de toi. Bien sûr, tu n'étais pas sans expérience, tu avais été conseiller principal d'éducation dans des grands lycées aux USA. Mais tu dois avouer que tu avais été surpris par le jeu qui se dérouler dans ce lycée. À début, tu ne comprenais pas, mais tout le monde t'avait dit que cela était normal. Donc tu n'avais pas été plus loin. Mais tu t'étais qu'ici, tu n'allais pas manquer de boulot.

    Bien que ton père ne te lâchât pas vraiment même après d'avoir déshérité, il t'appelait et prenait des nouvelles de toi. Catherine aussi t'appelais, mais pour d'autres raisons, elle voulait savoir si tu avais changé d'avis. Elle voulait vraiment que tu deviennes un vrai mari, elle était vraiment amoureuse de toi. Bien que vous ne partagiez plus votre vie ensemble, elle voulait fonder une famille avec toi. Elle continuait de t'appelais et toi de lui répondre.

    Tu étais quand même content d'avoir un poste ici et tu avais hâte de commencer le travail.

    Informations complémentaires : Aucune.


    Je vous remercie d'avance d'avoir lu ma demande et je vous souhaite une bonne journée. Je suis à votre disposition.
    Bisous
    avatar
    zaw
    FémininAge : 27Messages : 25

    le Ven 21 Avr 2017 - 19:58

    Ahoy, lala zhang.

    Je m'occupe de cette correction, si cela t'intéresse toujours.



    Dernière édition par zaw le Ven 21 Avr 2017 - 21:08, édité 2 fois
    avatar
    lala zhang
    FémininAge : 26Messages : 343

    le Ven 21 Avr 2017 - 20:45

    Coucou merci de tant occuper cela m'intéresse toujours. Encore merci je suis à ta disposition et je te souhaite une bonne soirée
    avatar
    zaw
    FémininAge : 27Messages : 25

    le Ven 21 Avr 2017 - 21:09

    Et voilà ! J'avais édité mon post précédent au lieu de te répondre ...

    Je te préviens, il se peut qu'une faute (ou deux) se balade encore.

    Spoiler:
    Tu es un Johansson, ta famille n'est pas rien. La famille Johansson n'est pas qu'un simple nom de famille, surtout dans le pays où tu es né. Aux États-Unis, la famille Johansson est un des barons de l'immobilier, de la finance. Ton père est le PDG de l'entreprise, une entreprise qui se transmet de père en fils ; malheureusement pour toi, tu es le troisième de la famille. Tu ne toucheras sans doute jamais le capital de l'entreprise.

    Comme je l'ai dit, tu es le troisième de la famille et tu es un peu un paria dans celle-ci. Ta mère n'est pas vraiment ta mère, c'est plus ta belle-mère. Ton père lui par contre, c'est vraiment ton père, mais il n'a pas eu qu'une simple et unique relation intime dans sa vie. Il a connu ta mère en Égypte et c'est là qu'il a eu des relations avec elle. Pour le travail, il revenait souvent en Égypte et ta mère était toujours présente quand il revenait en Égypte. Dans un sens, ils étaient très amoureux l'un de l'autre. Tu sais aussi que ton père mentait de temps à autre afin d'y retourner. Mais la relation prit un autre tournant.


    Ton père avait abandonné ta mère, car l'entreprise ne marchait pas bien. Mais il ne savait pas que celle-ci était enceinte de toi. Ta mère te donna naissance et tu grandis sans père pendant un moment. Tu étais entouré d'une famille aimante, ta mère, ta grand-mère et ton grand-père. Mais le malheur s'abattit sur les tiens. Ta mère mourut d'une infection alors que tu n'avais que deux ans. C'est à ce moment-là que ton père est revenu.

    Tu te souviens de son retour, il était revenu pendant la veillée funèbre de ta mère. Cela lui avait provoqué un grand choc. Tu te souviens de l'avoir vu pleurer sur le corps de ta mère et de l'avoir embrassé. Toi, tu étais caché derrière les jambes de ta grand-mère. Tu te sentais protégé. Ce jour-là, tu savais qu'ils parlaient de toi. Tu te souviens que ton père t'avait regardé avec des grands yeux comme si tu étais devenu un géant. Tu te souviens qu'il t'avait pris dans ses bras et tu te souviens parfaitement de ses paroles. « Nailah m'a fait le plus beau cadeau. » Tu te souviens qu'il t'avait serré contre lui et qu'il t'avait embrassé sur le front.

    Il resta en Égypte pour faire tes papiers, il voulait à tout prix te ramener avec lui. Tu te souviens qu'il criait au téléphone de temps à autre contre une femme. Mais il lui disait toujours la même chose. « C'est ma décision pas la tienne, tu vas devoir faire avec. Je n’abonnerais pas Tidus. » Tu étais content d'entendre cela et à chaque fois, tu te blottissais contre lui et tu t'endormais.

    La première fois que tu as pris l'avion, tu avais peur, mais tu étais aussi émerveillé. Tu disais que tu allais monter un grand oiseau de fer. Cela fit beaucoup rire ton père.

    Mais à ton arrivée, ce fut la douche froide. Ta belle-mère ne te regardait même pas et tes deux demi-frères étaient froids et distants. A peine arrivé dans ta nouvelle maison que les choses se compliquaient. Tes frères et ta belle-mère étaient contre toi. Ton seul rempart était ton père, mais il n'était pas là tout le temps. Tu te souviens des mots blessant qu'ils te disaient. « Franchement. Ramener ce truc à la maison, il a perdu la tête votre père. » Voilà ce que disait souvent ta mère. « Oh, la fillette, elle a des cheveux longs ! Viens, on lui coupe les cheveux !» C'était comme cela tout le temps. Ta mère te disait des méchancetés et tes frères essayaient de te couper les cheveux, sans y parvenir.

    Tu grandis avec la protection de ton père, mais tu étais devenu une honte pour lui. Tu ne voulais pas suivre ses traces. Tu voulais suivre ta voie, tu voulais être dans l'enseignement et non dans l'immobilier. Ton père te laissa quand même faire, il disait que c'était ce qu'aurait voulu Nailah, sa bien-aimé, mais tu sentais qu'il te reprochait de ne pas le suivre. Tu devais finir le lycée avant tout.

    Mais ton père était vieux jeu, il ne comprenait pas pourquoi tu ne ramenais aucune fille à la maison alors que tes frères, eux, en ramenaient et pas qu'un peu. Un jour, il te fit faire quelque chose d'affreux et d'horrible, enfin, tu le ressentais comme cela. Il te prit avec lui en prétextant qu'il voulait faire une journée père et fils. Mais ce n'était pas le cas. Il t'avait emmené dans un hôtel et avait payé des filles afin de te décoincer. Tu lui avais dit que tu ne voulais pas, tu avais protesté, tu lui avais crié dessus. Mais il t'avait calmé avec une bonne baffe et en te disant « Ce n'est pas toi qui décide, il est temps que tu grandisses un peu. » Et ce soir-là, tu lui avais obéi, car tu te sentais redevable pour la vie qu'il t'avait donné. Mais après l'acte, tu avais vomi pendant des jours, tu étais dégouté. Mais ce cauchemar ne fit que commencer.

    Après quelques années, tu étais entré à l'université afin de devenir enseignant, mais tes notes n'étaient vraiment pas bonnes. Tu changeas de filière afin de devenir Conseiller principal d'éducation. Mais ton père avait des soucis avec l'entreprise et décida de faire un gros marché avec un autre baron de l'immobilier.

    Celui-ci avait une fille de ton âge, une certaine Catherine. Elle était blonde et très jolie, son père à elle avait décidé de la marier à un riche héritier ou à quelqu'un qui posséderait un grand héritage. Ton père avait vu le filon et avait conclu un accord. Comme tes frères étaient déjà mariés avec des filles de riche, il ne restait plus que toi. Catherine tomba amoureuse de toi au premier regard, mais cela n'était vraiment pas partagé. Toi, elle te dégoûtait, mais tu ne voulais pas faire honte encore une fois à ton père. Donc tu décidas de lui obéir encore et de l'épouser après tes études. Et comme une parole est une parole, à la fin de tes études, tu l'épousas. Et ton père gagna encore un marché en plus.

    Ton mariage ne dura pas longtemps, à ton grand plaisir. Tu n'avais pas consommé le mariage et tu te refusais à le faire, c'est pour cela que Catherine, mais refusa de divorcer. Bien sûr, ton père le prit extrêmement mal, te déshérita et te vira de la maison qui avait payé pour toi et ta femme, mais tu avais assez travaillé pour partir. De plus, tu avais fini tes études et tu avais déniché un contrat, loin de tout. Loin de ta famille, loin de l'entreprise familiale. Tu étais devenu normal.

    Tu avais décroché un poste en Angleterre dans une grande école, Liberum. Tu avais accepté ce contrat, car tu t'étais dit que certains auraient peut-être besoin de toi. Bien sûr, tu n'étais pas sans expérience, tu avais été Conseiller principal d'éducation dans des grands lycées aux USA. Mais tu dois avouer que tu avais été surpris par le jeu qui se déroulait dans ce lycée. Au début, tu ne comprenais pas, mais tout le monde t'avait dit que c’était normal. Donc tu n'avais pas été plus loin. Mais tu t'étais qu'ici, tu n'allais pas manquer de boulot.

    Bien que ton père ne te lâchât pas vraiment même après t'avoir déshérité, il t'appelait et prenait des nouvelles de toi. Catherine aussi t'appelait, mais pour d'autres raisons, elle voulait savoir si tu avais changé d'avis. Elle voulait vraiment que tu deviennes un vrai mari, elle était vraiment amoureuse de toi. Bien que vous ne partagiez plus votre vie ensemble, elle voulait fonder une famille avec toi. Elle continuait de t'appeler et, toi de lui répondre.

    Tu étais quand même content d'avoir un poste ici et tu avais hâte de commencer le travail.

    Juste quelques petites précisions, il manque des mots aux phrases suivantes:
    Tu n'avais pas consommé le mariage et tu te refusais à le faire, c'est pour cela que Catherine, mais refusa de divorcer.
    Mais tu t'étais qu'ici, tu n'allais pas manquer de boulot. Voulais-tu dire: "maintenant que tu était ici, tu n'allais pas manquer de boulot" ?
    Bien que ton père ne te lâchât pas vraiment même après t'avoir déshérité, En fait... ce n'est pas qu'il manque un mot. Seulement, je trouve ta construction rend cette phrase difficile à comprendre. Un " bien qu'il t'ait déshérité, ton père ne te lachait pas vraiment" donnerait mieux dans ce contexte.

    Si jamais tu veux que j'explique certaines parties et/ou comment améliorer ton texte, n'hésite pas à le faire savoir!

    Bonne soirée à toi aussi
    avatar
    Hismeria
    MasculinAge : 25Messages : 2419

    le Ven 12 Mai 2017 - 17:48

    Bonjour, nous sommes sans nouvelles...Ce topic est-il toujours d'actualité ? Merci de nous tenir informés du déroulement de cette demande.
    Attention, l'absence de réponse à ce message entrainera l'archivage du topic d'ici une semaine.



    avatar
    lala zhang
    FémininAge : 26Messages : 343

    le Jeu 25 Mai 2017 - 10:10

    Coucou désolé pour l’absence. Merci pour la correction, vous pouvez archivé le sujet. Encore merci et désolé.

    Bisous à tous et bonne journée.
    Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 20 Nov 2017 - 16:08